As-tu entendu parlé de la représentation d’une trompe d’éléphant qu’effectue Maupassant concernant l’arche d’Aval ? Elle est fausse : voici la preuve issue du roman  » Une Vie  » de Guy de Maupassant.

L’arche d’Aval comparée par Maupassant à un éléphant qui trempe sa trompe dans la mer ?

Cette représentation est tout simplement erronée.

Pratiquement toutes les sources prétendument fiables (web ou autres) se trompent et lient malencontreusement la falaise d’Aval et son Aiguille à cette représentation ludique de la trompe d’éléphant.

Or, il suffit de lire attentivement les quelques lignes d’ « Une Vie (L’humble vérité) » de Guy de Maupassant pour s’apercevoir de la supercherie que bon nombre de médias en tout genre relaient (et pas « Bel-Ami » comme j’ai pu trouvé en menant mon enquête sur Google…).

elephant etretat
Non, la porte d’Aval n’est pas la célèbre représentation de la trompe de l’éléphant décrite par Guy de Maupassant…

Mettons-nous dans le contexte du roman de Maupassant pour rétablir la vérité :

Maupassant publie un célèbre roman en 1883 : « Une Vie (L’humble vérité) ».

Ce roman raconte l’histoire d’une jeune femme, fille de baron, nommée Jeanne et qui décide de quitter le couvent pour entamer une nouvelle vie auprès de sa famille et ses proches en Normandie. De plus, elle rêve de trouver l’homme idéal pour se marier.

Chapitre III du roman, Jeanne veut aller aux abords d’Etretat et va donc se balader avec son père à bord d’un canot, accompagné du Père Lastique et le Vicomte Julien de Lamare, le chaotique mari de la jeune femme.

Lors de cette échappée marine vers le village des falaises, l’écrivain Maupassant décrit ce que peut admirer le petit équipage du canot…

C’est lors de ce célèbre passage du roman que tout se joue et que l’anecdote de l’éléphant demeure depuis perpétuelle dans le temps.

Citation du chapitre III d' »Une Vie » de Guy de Maupassant :

« (…) Là-bas, en arrière, des voiles brunes sortaient de la jetée blanche de Fécamp, et là-bas, en avant, une roche d’une forme étrange, arrondie et percée à jour, avait à peu près la figure d’un éléphant énorme enfonçant sa trompe dans les flots. C’était la petite porte d’Étretat (…). »

Cette dernière petite phrase prouve que la comparaison de l’arche d’Aval avec l’éléphant est une grossière erreur.

La vraie trompe de l’éléphant est la porte d’Amont.

elephant etretat
La vraie porte comparée à une trompe d’éléphant trempée dans les flots par Maupassant : la porte d’Amont !

D’ailleurs, quelques lignes plus tard, Maupassant donnera la véritable image qu’il se fait de l’arche d’Aval et qui est loin de celle de l’éléphant qui trempe sa trompe dans la Manche :

« (…) Et soudain on découvrit les grandes arcades d’Étretat, pareilles à deux jambes de la falaise marchant dans la mer, hautes à servir d’arche à des navires ; tandis qu’une aiguille de roche blanche et pointue se dressait devant la première. (…) »

Voici donc la version Maupassant de ce fameux éléphant à Etretat, anecdote il faut le dire, mondialement connue. Mes amis catalans comme brésiliens m’en avaient parlé… C’est dire !

J’espère que cet article t’a plu. Tu pourras désormais jouer les rebelles auprès de tes proches en leur expliquant que « non », la porte d’Aval n’est pas la véritable représentation de la trompe de l’éléphant mais bien la porte d’Amont

A très bientôt, n’hésite pas à partager l’article auprès de ceux qui te tiendraient tête à ce sujet.

Porte-toi bien !

F-X 

Write A Comment